Actualités

Plus de peur que de mal

C'est un incident inhabituel qui s'est déroulé vendredi dernier, 13 octobre 2017, en gare de Floeta CS. Le service VRP 35012, un train d'heure de pointe reliant Tarna à Floeta, a percuté le butoir de la voie numéro 4 aux alentours de neuf heures moins dix. Si l'incident n'a pas eu de répercussions trop importantes – deux blessés légers, des égratignures dans les deux cas – il n'en a pas moins été très impressionnant. « J'avais bien l'impression que le train entrait en gare un peu trop rapidement » déclare Nagyež'da Remekov, une habitante de Blenhorod qui sortait d'un service en provenance de Pelkovja à ce moment-là. « Je longeais les quais pour sortir de la gare et d'un coup, j'ai entendu un grand bruit, comme un choc très violent. Je me suis retournée et j'ai vu la locomotive qui avait littéralement enfoncé le butoir. »

 

20171016235538 1

- La locomotive A383016, la même que celle impliquée dans l'incident, avec un convoi VRP arrêté en voie 4 de la gare de Floeta CS.

 

 

Ce service quitte chaque matin la gare de Tarna CS à 0757 et dessert les gares de Ladmerą, Kolperr, Serinathea et Nerithea (Voda) en cours de route, avant d'arrivée à 0844 en gare de Floeta. Un grand nombre de conducteurs s'accordent pour dire qu'il fait partie des services les plus délicats. « Les horaires sont très serrés, parce qu'on est en heure de pointe et que la ligne est encombrée. Seuls les conducteurs qui ont une connaissance parfaite de la locomotive et de la ligne sont affectés à ce service » explique Vjodor Nakerma, lui-même conducteur pour la RKP Est-Sansek. Ce qui complique encore plus les choses, c'est que la rame, une fois arrivée en gare de Floeta, repart en sens inverse pour un autre service VRP à 0851, ce qui ne laisse que sept minutes de battement pour la réutilisation du train.

Or ce jour-là, plusieurs problèmes s'enchaînent. Premièrement, le train part avec une minute trente de retard de la gare de Tarna pour une raison qui reste à déterminer, mais jusque-là rien d'anormal ni d'inquiétant. Ensuite, la rame reste bloquée trois minutes en gare de Kolperr, alors que qu'une porte de l'une des voitures ne se ferment pas correctement. Grâce à l'intervention du contrôleur, la porte en question est rapidement verrouillée et mise hors-service. Le train repart donc avec cinq minutes de retard. Peu avant Nerithea, c'est un signal tombé en panne qui force le service à ralentir une fois encore et à poursuivre à basse vitesse pendant près de deux kilomètres. Le départ de Nerithea s'effectue finalement avec huit minutes de retard, soit déjà trop tard pour effectuer à l'heure le service suivant. Afin de rattraper un peu ce retard, le conducteur est autorisé à circuler à 180 km/h – au lieu de 160 – sur la portion allant de Paldinvy à Floeta. C'est une procédure habituelle depuis quelques années, en cas de retard et depuis le renouvellement des voies et la suppression du dernier passage à niveau de la zone. Toujours est-il que le conducteur poursuit avec une marche très tendue et colle à la vitesse limite. Comme le veut la limitation, il pénètre les appareils de voie de la gare centrale de Floeta à la vitesse de 30 km/h, réduite ensuite à 20 km/h lors de l'entrée en gare. Là où le problème s'est posé, c'est que pour tenter de gagner quelques précieuses secondes, le conducteur ne ralentit avant le dernier moment – il déclara vouloir attendre le dernier moment puis freiner sèchement afin de gagner le maximum de temps. Sauf qu'au moment de déclencher les freins, et alors que le convoi circulait toujours à 20 km/h, la commande des freins ne répond plus. Le temps de s'en rendre compte et de réagir, le conducteur actionne alors le frein d'urgence, qui fonctionne, mais il est trop tard : le convoi percute le butoir à la vitesse de 9 km/h, s'arrêtant presque instantanément.

 

20171016235712 1

- La voiture pilote, en queue du convoi, est aussi l'endroit où se trouvait l'un des deux blessés. Servant de fourgon pour les vélos, l'homme était en train de décrocher le sien quand celui-ci lui est tombé dessus à cause de l'impact.

 

 

Bien vite, un attroupement se forme autour de l'incident, qui se révéla presque bénin : le butoir aura été bien endommagé, mais la locomotive et son convoi n'auront pas subi de dégâts. La rame sera tout de même immobilisée pour la journée, et la locomotive restera au technicentre tout le week-end afin de comprendre et de réparer le problème lié à la commande des freins, qui s'avéra d'ailleurs fonctionner correctement quelques minutes plus tard. Pour les voyageurs, outre une belle frayeur et quelques égratignures, la seule conséquence aura été la suppression du départ de 0851 de Floeta.

Interrogée sur le sujet, la RKP Est-Sansek a donné plusieurs informations. D'une part, le conducteur, un homme d'une cinquantaine d'années réputé comme expérimenté, n'a pas outrepassé de règles – il a respecté la signalisation et les vitesses limites – et la seule chose qui lui est reprochée est un manque de prudence lors de l'approche de la fin de la voie, ce qui aura causé l'incident, combiné qu problème technique de la commande de freinage. D'autre part, la société publique a expliqué la raison du court laps de temps alloué à la réutilisation de la rame pour un autre service, arguant que c'était le manque de locomotives qui nécessitait des horaires aussi serrés dans les services.

Quoiqu'il en soit, cet événement aura causé une belle frayeur parmi les nombreux travailleurs qui se trouvaient dans le train. Un événement qui aura fait plus de peur que de mal pour ce dernier vendredi 13 de l'année...

 

 

Renouvellement des voies - Perturbations entre Nalasdoga et Stelbrąk

Avec un réseau de plus de 40 000 km de voies ferrées dans tout le pays, la RKP est obligée d'entretenir constamment chaque kilomètre afin d'assurer une efficacité et une sécurité optimale pour tous les voyageurs et marchandises. Le réseau Est-Sansek ne fait pas exception, et cette année, c'est la portion complète de Tarna à Stelbrąk par la voie classique qui doit être entièrement refaite. Au programme, renouvellement des voies, du ballast, contrôle général de la caténaire et de la signalisation, amélioration et remise à niveau de certains aiguillages. Ces travaux auront lieu en deux grandes parties : la portion Nalasdoga - Stelbrąk sera traitée dans un premier temps, au cours de l'automne 2017. La portion Tarna - Nalasdoga sera, elle, en chantier pendant le printemps 2018.

20170911195105 1

Un train de renouvellement du ballast, dans le Noberek (image d'illustration)

 

Sur la portion Nalasdoga - Stelbrąk, les travaux auront lieu du lundi 2 octobre au vendredi 18 novembre 2017, à une vitesse d'environ un kilomètre de voie reconstruit par jour / nuit. Le maximum a été mis en place afin de ne pas perturber trop fortement le trafic, aussi les travaux seront divisés en trois phases : dans un premier temps, les voies lentes seront neutralisées de Nalasdoga à Dandzeszczenje pour une durée d'environ deux semaines, de jour comme de nuit. Cela aura pour conséquence de créer des ralentissements sur les voies rapides - limitées à 120 km/h au lieu de 180 - et les horaires seront adaptés. Pendant ces deux semaines, les gares de Ljeszeszdenja et Angyeshorod ne seront plus desservies, mais un service de bus de substitution sera mis en place entre Stelbrąk et Nalasdoga, desservant les deux gares fermées - il faudra tout de même compter un allongement du temps de parcours d'environ 15 minutes d'Angyeshorod à Stelbrąk. On notera également la suppression d'un aller-retour par jour entre Nalasdoga et Stelbrąk. Certains trains de fret emprunteront la LGV jusqu'à Tarna en heures creuses afin de décharger la ligne.

Dans un second temps, les travaux concerneront les voies rapides, qui seront neutralisées pendant deux semaines également. Les gares d'Angyeshorod et Ljeszeszdenja seront à nouveaux desservies, mais les horaires des trains seront adaptés. Les services les plus touchés seront les RP Tarna - Stelbrąk. Il faut aussi noter que pour des raisons de régulation du trafic la desserte de la gare de Tarna Voling Versafloj sera supprimée pour l'I2V 4117 (départ à 09h33 de Sarvatkann-Zaboh et arrivée à 22h01 à Karlavers). Les autres services subiront un léger allongement du temps de parcours - de l'ordre de 2 minutes - entre Nalasdoga et Stelbrąk.

20170911195857 1

L'est de la gare de Klavanhorod

 

Dans un dernier temps, et pour une durée d'environ trois semaines, l'ensemble des voies de Stelbrąk-Sahn-Snezhanka à Nalasdoga seront fermées de nuit (entre 21h et 05h15 environ). Cela entraîne l'adaptation d'une partie des horaires et la suppression de certains trains en soirée. Un service de substitution par bus sera mis en place entre Nalasdoga et Stelbrąk, desservant les gares de Ljeszeszdenja, Angyeshorod, Klavanhorod, Dandzeszczenje et Nagdan-ank-Sansek. Les services en journée ne sont pas affectés. Concernant les VRP Floeta - Stelbrąk, certains auront pour terminus / origine Nalasdoga au lieu de Stelbrąk, tandis que d'autres se rendront à Stelbrąk via la LGV et ne desserviront pas la gare de Nalasdoga - une substitution est possible par train RP entre Tarna et Nalasdoga. Ce sera également le cas pour l'IP 2464 (départ à 18h06 de Molnja Konfluenca et arrivée à 23h28 à Floeta CS) qui ne desservira pas la gare de Nalasdoga.

20170911195958 1

La gare d'Angyeshorod, vue depuis la passerelle.

 

Ces travaux, dérangeants pour le trafic mais nécessaires, devraient néanmoins se dérouler de manière plus "douce" que le renouvellement des voies entre Floeta et Tarna, en 2014, qui avait été marqué par des perturbations très importantes. Afin de dédommager les voyageurs habitant à Angyeshorod et Ljeszeszdenja, Khristina Ladvarekva, présidente de la RKP Est-Sansek, a d'ores et déjà annoncé qu'il bénéficieront d'une remise de 30 % sur leur abonnement du mois d'octobre.

--> La liste détaillée des modifications horaires est disponible dans la rubrique "Fiches Horaires".

Soirée d'adieu à Floeta

La gare de Floeta a vu ce dimanche 27 août 2017 le départ du dernier service VRP250 à destination de Bavarieks. En effet, dès le lendemain et l'entrée en vigueur des nouveaux horaires, la desserte du service VRP250 est aménagée et se cantonne désormais à la liaison Bavarieks - Tarna, rejoignant son objectif initial qui était de créer un train de banlieue à grande vitesse. Le dernier VRP250 au départ de Floeta était le service 35255, partant à 19h48 et arrivant à Bavarieks pour 22h21. Dimanche soir, de nombreuses personnes étaient rassemblées pour regarder partir ce dernier train, à la fois des passionnés de chemin de fer mais aussi de simples passants rendus curieux par cet étrange attroupement. Une fois le train parti, la foule s'est bien vite dissipée. Le train en lui-même était presque totalement rempli, ce qui s'explique notamment par le fait que ce dimanche était le dernier jour des vacances scolaires avant la rentrée. Le trajet a été effectué par la rame C251007 et les passagers sont arrivés à l'heure en gare de Bavarieks, à 22h20 précisément.

 

20170825012702 1

    Le compteur de vitesse d'une cabine de CRK251 indiquant 250 km/h (image d'archive).

 

Mais si ce service est arrivé à point nommé, ce n'était pas toujours le cas pour les VRP250 jusqu'à présent. En effet, si ces services ont joui depuis leur création en 2011 d'un succès important auprès de la population, ils ont également décroché la palme de la liaison la moins ponctuelle de la RKP Est-Sansek. Avec un taux de régularité de 76 % en 2016 - signifiant qu'un train sur quatre arrivait à destination avec plus de 5 minutes de retard - les VRP250 étaient bien en deça de la moyenne de la compagnie - 94,2 % de régularité. Cela pouvait s'expliquer de plusieurs manières : d'une part, la portion Tarna - Floeta forme un tronçon extrêmement employé, au bord de la saturation en heure de pointe sur certaines parties, et les VRP250, plus que les autres services, avaient de horaires plus serrés, ce qui signifiait que si le train les précédant avait ne serait-ce qu'une ou deux minutes de retard, lui-même terminait inévitablement en retard. D'autre part, et sur cette même portion, les rames employées étaient trop courtes - 6 caisses - pour amortir le flux important de voyageurs en heure de pointe, ce qui aboutissait souvent à une surcharge du train qui le retardait ou l'empêchait tout bonnement de partir. Le cas s'est présenté à plusieurs reprises sur le VRP250 de 16h48 au départ de Floeta, où il était monnaie courante de devoir faire sortir une partie des passagers afin de pouvoir fermer les portes du train, ce qui aboutissait souvent à un départ retardé de 15 minutes ou plus. C'est ce phénomène qui a également contribué à modifier le tracé du service. "En temps normal, 32 % des voyageurs empruntant le VRP250 sur la portion Floeta-Tarna possédaient un abonnement de travail ou étudiant" déclare Khristina Ledvarekva, la directrice de la RKP Est-Sansek, avant d'ajouter "En heure de pointe, ces mêmes abonnements représentaient 69 % des voyageurs. Il fallait agir et proposer un service plus adapté au trafic pendulaire intense que l'on observe entre ces deux villes." Chose promise, chose due : dès lundi, ces services ont été remplacé par l'ajout de trains VRP, cadencés à la demie-heure entre Floeta et Tarna, et effectué par des rames tractées. Avec sept voitures complètes plus un fourgon à vélos, cela devrait permettre de remédier à ce problème de plus en plus présent de trop forte affluence dans les trains.

 

20170825013715 1

La rame C251007 photographiée lors de son arrivée à Stelbrąk CS, dimanche 27 août 2017.

 

Mais que les adeptes de ces rames modernes et ultra-rapides se rassurent : quelques unes continueront malgré tout à desservir la gare de Floeta, mais en temps que RP ou VRP !

Erik Jasnikov.

×